Test de Splatoon

Les joueurs reprochent souvent à Nintendo de réutiliser ses vieilles licences encore et encore. Et c’est à l’E3 2014 que la firme nous surprend en annonçant un jeu d’une toute nouvelle licence : Splatoon.

Jetez l’encre !

Dans Splatoon, vous incarnez des Inklings : Enfants calmars humanoïdes.

Quel est leur but dans ce TPS, (Third-Person Shooter ou Jeu de tir à la troisième personne) tuer vos adversaires ? Non. Dans le mode principal de Splatoon, vous participez à des Guerres de Territoire, vous jouez à quatre contre quatre dans une équipe de couleur différente. Même si vous pouvez utiliser vos armes pour terrasser vos adversaires, ils reviendront rapidement sur le terrain. Ici, le but est de recouvrir le terrain avec le plus d’encre de votre couleur.

Une autre caractéristique importante du gameplay, la transformation en calmar qui permet de se déplacer plus vite en nageant dans l’encre, et de recharger.

Enfin, via le Super Saut, vous pourrez vous rendre en un clin d’œil près d’un coéquipier.

Jouer et gagner ces matchs vous feront gagner de l’expérience et monter de niveau, et plus votre niveau est élevé, plus vous aurez accès à des vêtements ou encore des armes sur la place.

Charbitre jugera du vainqueur à la fin de chaque match.

Les Inklings sont dans la place !

Après un didacticiel offert par le jeu, vous serez transportés sur la Place de Chromapolis où vous reviendrez à chaque fois que vous allumerez le jeu, puisqu’elle est en son centre.

D’ici, vous aurez accès à tous les modes du jeu (sur lesquels nous reviendrons plus tard) et également aux quatre magasins de la ville.

Vous aurez le droit à un magasin de T-Shirt, une boutique de chaussures et une vendeuse de couvre-chefs. Si vous pouvez les porter pour leur simple esthétique, ces vêtements ont également un aspect stratégique puisqu’ils viennent avec des bonus et des places pour des bonus qui se rempliront quand vous vous battrez. Ces atouts peuvent aller de la réduction de votre consommation d’encre à celle des dégâts que vous subissez.

La quatrième boutique vous permettra d’acheter des armes.

Les Inklings rencontrés en ligne apparaîtront également sur cette place.

Armés jusqu’aux tentacules

Ces calmars disposent en effet d’une grande variété d’armes pour encrer leur terrain, parmi 5 grands types d’armes. Il y a à disposition les Tireurs, des pistolets classiques ; les Rouleaux, de grands rouleaux à peinture laissant des traînées d’encre sur leur passage ; les Fusils ; les Seauceurs, seaux envoyant de petites vagues d’encre ainsi que les Badigeonneurs, des mitrailleuses.

Et chaque arme parmi ces 5 types dispose chacune d’une combinaison d’armes secondaires et d’armes spéciales. Les armes secondaires consomment beaucoup plus d’encre et vous aident à recouvrir le terrain, ou à faciliter sa gestion. Par exemple, il y a différents types de bombes, ou encore une mine, mais aussi la Balise de Saut permettant à quelqu’un de votre équipe de faire un Super Saut, et plus encore.

Enfin, les armes spéciales. Votre arme spéciale peut être utilisée lorsque votre jauge spéciale est remplie, ce qui se fait en recouvrant le terrain. Parmi celles-ci, il y a le Missile Tornade, faisant apparaître une grande tornade au point de la carte que vous désignez, le Haut-Perceur, haut-parleur envoyant un rayon d’ondes sonores dévastatrices, ou même le Kraken, vous transformant en un calmar géant invincible.

Ceci n’est qu’une des multiples combinaisons possibles avec le Liquidateur.

Une flopée de modes

En plus des Guerres de Territoire, on retrouve d’autres modes multijoueurs. Tout d’abord, les matchs pro à débloquer en montant de niveau, eux-mêmes divisés en trois manières de jouer.
Dans Défense de Zone, les deux équipes ont un compteur partant de cent. Il y a une ou deux zones marquées sur le stage, et votre but est que ces zones restent encrées de votre couleur le plus longtemps possible pour faire descendre le compteur à zéro.
Expédition risquée vous place dans un stage avec au milieu une tour, et un emplacement de chaque côté du terrain. Votre objectif est d’encrer la tour pour qu’elle se déplace sur un rail vers l’emplacement du côté de vos ennemis.
Enfin, Mission Bazookarpe vous propose un objectif similaire : au centre du terrain se trouve le Bazookarpe, un objet vous ralentissant, vous rendant visible de loin mais vous permettant de vous défendre en tirant des tornades. Le porteur du dit Bazookarpe devra être protégé par ses coéquipiers pour avancer et placer l’arme à un emplacement situé du côté ennemi. Dans ces matchs pros, vous avec un rang de C- à A+ qui baisse ou augmente en fonction de si vous perdez ou gagnez, et vous vous battrez avec des gens de rang similaire.

Il existe d’autres modes en ligne : les Matchs en équipe, vos amis et vous peuvent prendre part dans des Matchs pros ensemble ou dans une équipe contre des inconnus. Dans les matchs privés, de deux à huit amis peuvent combattre dans leur mode de choix, sur le stage de leur choix, et dans l’équipe de leur choix. Les équipes peuvent même y être déséquilibrées.

Le mode Dojo est un mode local où l’objectif est d’éclater le plus de ballons sur le stage. Une propriété de ce mode est que vous y trouvez les armes spéciales sur le stage. Toutefois, la grande variété du stage n’y est pas disponible, et seuls cinq y sont accessibles.

Le mode Héros, accessible via une bouche d’égout vous envoie dans des missions variées contre des Octariens, et au level-design rappelant celui de Super Mario Galaxy, se joue seul et avec une arme qui ne change jamais, un Liquidateur Héroïque (qui fait partie des Tireurs). C’est un mode qui reste amusant bien que court. Si le scénario ne semble pas y être important, vous pourrez chercher des Documents cachés au nombre de un par niveau laissant présager un passé mystérieux et rentrant plus en détail dans l’univers du jeu.

Il existe également une gamme d’amiibo Splatoon consistant de plusieurs versions des amiibo Inkling fille, Inkling garçon et calmar, ainsi que de figurines des deux Calamazones Ayo et Oly. Les trois premiers permettent de revivre des niveaux du mode Héros différemment. L’Inkling fille vous permet de les refaire avec un Fusil, l’Inkling garçon avec un Rouleau, et le calmar les combine à des défis : terminer le niveau en temps limité, le faire avec votre forme de calmar remplacée par un Kraken, les deux à la fois ou encore avec un certain montant d’encre ne pouvant être rechargé. Une fois terminé, ils donnent accès à des mini-jeux jouables sur la place ou lorsque vous attendez qu’un des modes multijoueurs commence. Ils vous donnent aussi accès à de l’équipement inaccessible sans. Les amiibo Ayo et Oly ont malheureusement un effet moins important, puisqu’ils ne font que changer drastiquement l’ambiance de la place et vous faire écouter certaines musiques du jeu.

Il vous sera nécessaire de travailler en équipe dans Mission Bazookarpe !

Si Reggie Fils-Aimé voulait que Splatoon devienne reconnu comme Mario Kart et Super Smash Bros., il a réussi son pari, et c’est mérité : Splatoon présente une grande variété dans son contenu en général : armes, façons de jouer, vêtements. Même après que des jeux Wii U ne soient plus vendus, ce jeu vivra encore. On retiendra encore longtemps le nom de Splatoon, jeu à l’avenir prometteur.

Note : 8/10

Article écrit par Enzoul

Publicités

3 commentaires sur “Test de Splatoon

Ajouter un commentaire

    1. Pour ma part je me suis bien amusé sur le global testfire, mais je n’ai pas acheté le jeu complet parce que c’était moins simple, t’as 36 armes et armures différentes, du coup le jeu est moins prévisible et équilibré…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :